Pou du pubis

1) Classification

      Le Pediculus Phtirus Pubis ou Phtirius Inguinalis, plus couramment appelé « morpion », est l’un des trois types de poux humains. Ce type de pou ne fait pas partie de la famille des « pediculidae » comprenant les poux de tête et de corps, mais de la famille des « phtiridae », qui comprend également les poux du gorille.

 

2) Morphologie

 

       Le pou du pubis est un insecte trapu : de la même couleur que la peau, il possède un thorax très large dont partent des pattes aux pinces plus grosses et puissantes que celles des autres types de poux et un abdomen court et étroit ; cette forme arrondie lui vaut la dénomination de « crab lice » (pou crabe) en anglais. À l’âge adulte, il mesurera entre 1,5 et 2 mm de longueur.

                   

3) Cycle reproductif

         La femelle pond ses œufs, appelés « lentes », à raison de 3 par jour dans les régions pubienne et périanale mais aussi, plus rarement, dans d’autres zones couvertes de poils épais, comme la barbe, la moustache, les cils, les sourcils ou les aisselles ; on ne peut pas en trouver dans les cheveux car ils ne s’accrochent qu’aux poils à partir de 0,08 mm de diamètre (les cheveux mesurant 0,04mm de diamètre). Les lentes éclosent après 7 à 8 jours et passent par 3 stades larvaires en 13 à 17 jours avant d’atteindre l’âge adulte : il faut donc environ 3 semaines à un pou du pubis pour être capable de se reproduire. Ils vivent en tout jusqu’à un mois ; une femelle pondra donc une trentaine d’œufs dans sa vie.
     

Cycle de vie jpg

Cycle de vie du pou de tête, très semblable à celui du pou du pubis

 

4) Nutrition

      Le pou du pubis se nourrit de sang humain 4 à 5 fois par jour mais a ses pièces buccales constamment insérées dans la peau de son hôte (comme représenté sur l'image ci-dessous) ce qui, en plus de ses pinces fermement accrochées aux poils, assure sa ténacité. Un pou du pubis adulte ne peut pas survivre plus de 24h et les lentes pas plus de 8 jours sans hôte.

 Morpnutrit

Représentation par ordinateur d'un pou du pubis. On remarque que ses mandibules sont directement insérées dans une veine.

5) Transmission et symptômes

          L’affection qui consiste à avoir des morpions s’appelle « phtiriase », c’est une maladie infectieuse de la peau bénigne bien que gênante. Cette maladie, très contagieuse, se transmet généralement par voie directe durant les rapports sexuels ; elle est donc considérée comme une IST (infection sexuellement transmissible). Plus rarement elle se transmet par voie indirecte dans des piscines ou en essayant des vêtements.

            La phtiriase se traduit par un prurit1 pubien associé parfois à des papules2 rosées et à des tâches bleues ardoisées au niveau des piqûres. Dans le cas de l’infection des cils et sourcils, il existe un risque de conjonctivite.

 

Pubic lice on eye lashes

Cils infestés par des pou du pubis

 

6) Traitements

             Le pou du pubis peut être combattu par les traitements dédiés aux poux de corps et poux de tête ou par un aérosol à base d’esdépalléthrine et de butoxyde de pipéronyle, servant aussi à traiter la gale, le Sprégal.

Spregal inh p1  Zonesspregal 2

                Traitement Sprégal             Zones pouvant être touchées


            Ce médicament est à appliquer par pulvérisation sur la zone touchée et à laisser agir pendant 12 heures. En général, une seule application suffit, cependant si le prurit continue plus de 10 jours après on peut procéder à une seconde application.

E         Butoxpip

Molécule d’esdépalléthrine C19H26O   Molécule de butoxyde de pipéronyle C19H30O5


            Le Sprégal est composé de deux molécules : l'esdépalléthrine, un pyréthrinoïde3, qui bloque le canal sodique4 voltage dépendant et empêche la transmission du message nerveux ; et le butoxyde de pipéronyle qui, associé à l'esdépalléthrine agit comme synergiste5, mais qui n'a pas d'effet isolément.



1 Prurit : sensation de démangeaison de la peau, le plus souvent en rapport avec des lésions dermatologiques.

2 Papule : élément cutané (« bouton ») dû à lésion cutanée et d’où ne s’écoule aucune substance liquide.

3 Pyréthrinoïde : composé actif de synthèse dérivé des « pyréthrines », insecticide végétal extrait des fleurs.

4 Canal sodique : protéine intervenant dans la transmission des ions sodium et dans la propagation du message nerveux.

5 Synergiste : ici, molécule qui décuple les effets de la molécule à laquelle elle est associée.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site